Tabac
Tabac

Le confinement, une occasion d’arrêter de fumer ?

Et si être confiné était le moment idéal pour arrêter de fumer ? Valérie Lejeune, tabacologue à La Réunion fait le point.

Confinement et tabac : plusieurs bonnes raisons d’arrêter

  • Il n’y a aucune raison d’attendre pour arrêter de fumer. Toutes les occasions sont bonnes pour s’y mettre !
  • Le fumeur peut profiter du confinement pour faire un bilan sur sa consommation de cigarette. Elle a souvent considérablement augmenté pendant cette crise sanitaire et cela est liée au manque d’activité, de loisir, pour tromper l’ennui ou tenter de gérer le stress.
  • Le changement d’habitude rend le sevrage plus facile : les tentations sont réduites, plus de cigarettes liées à la pause au travail avec les collègues, ni de stress dans les embouteillages...
  • Moins de situations à risques de rechute en particulier lors de soirées, ou des apéro avec des amis fumeurs
  • Fumer en situation de confinement peut être compliqué. Il favorise le tabagisme passif de vos proches.
  • De plus, ce n’est pas le moment d’augmenter sa consommation de tabac, fumer expose davantage aux virus. Le tabac augmente la fragilité aux affections respiratoires en général et au coronavirus en particulier. La Société Française de Pneumologie le cite comme un facteur aggravant dans le calcul des scores de sévérité du COVID-19.
  • Fumer suppose de porter plusieurs fois par jour les mains à la bouche, le coronavirus trouve ainsi une porte d’entrée idéale vers l’organisme du fumeur, et il faudrait se laver les mains entre chaque bouffée, ce qui est impossible en pratique.

Alors, comment débuter un sevrage en période de confinement, maintenant que vous avez trouvé la motivation ?

Place à l’action !

Pas question d’être encore plus tendu, irritable, stressé, cette crise sanitaire l’est suffisamment !

  • Les substituts nicotiniques ( gommes, pastilles, chewing-gum...) vont réellement vous aider. Ils répondent bien à la dépendance physique, en éliminant les symptômes de sevrage (anxiété, irritabilité, troubles de l’humeur, etc…). A condition de trouver le dosage adapté qui est différent pour chaque fumeur !
  • Les patchs fonctionnent très bien, mais il ne faut pas hésiter à augmenter les dosages pour ne plus ressentir l’envie de fumer (plusieurs patchs peuvent être nécessaires). Il est possible de les associer à une forme orale : cela augmente les chances de réussite. Rappelons que l’on peut fumer avec les patchs si l’on en ressent l’envie au début du traitement, signe souvent d’un dosage insuffisant. Ils seront prescrit par votre médecin traitant ou achetés librement en pharmacie. Une partie d'entre eux sont maintenant remboursés sur ordonnance (la liste ici). Elle pourra vous être fournie par téléconsultation. Si votre ordonnance est arrivée à expiration, les pharmacies ont l’autorisation de prolonger les prescriptions (Article 6 de l’arrêté du 14 mars 2020)
  • Et la cigarette électronique ? Elle peut être un bon outil de sevrage, mais des conseils d’utilisation sont nécessaires auprès de votre médecin traitant ou d’un Tabacologue.

Les bénéfices de l’arrêt du tabac sont très vite ressentis. Dès les premieres 48 heures sans cigarette, vous découvrez qu’arrêter de fumer diminue considérablement le stress et l’anxiété. Dès les premiers jours d’arrêt du tabac, les mécanismes de protection naturelle du poumons (cils des voies respiratoires) commencent à se réparer et vous pourrez mieux récupérer en cas d’infection. Toutes les cellules du corps sont mieux oxygénées, et quelle satisfaction de se sentir libre ! Sans compter l’économie réalisée !

Alors, on s’y met ?!

Pour être accompagnés, les fumeurs ont la possibilité d’appeler tabac info service ou de bénéficier des téléconsultations tabagiques,

  • Tabac Info Service  39 89 ou via l’application « TABAC INFO SERVCE » (App /Play Store)
  • Accompagnement et prise en charge des addictions pendant le confinement à La Réunion : télécharger la liste des structures

 

 

Cet article a été réalisé par Valérie Lejeune, tabacologue à La Réunion.

Publié le 7 avril 2020.