Santé environnement
Santé environnement

Covid-19, vaccins, tests, gestes barrières : l'essentiel à savoir sur l’épidémie

Vaccination contre le coronavirus, symptômes, types de test, ou encore gestes barrières autant de mots qui ont fait notre quotidien depuis plus d'un an maintenant. Afin de s'y retrouver, et démêler le vrai du faux, on vous liste ici l'essentiel à savoir sur la covid-19. 

La Covid-19 ou Coronavirus en bref !

Vaccins, symptômes, autorités sanitaires, tests nasopharyngés, distanciation sociale : ces notions ont fait leur entrée dans notre vocabulaire avec l'épidémie mondiale de coronavirus. On fait le tour ici de ce qu'il faut savoir.

C'EST QUOI LE CORONAVIRUS ?

On parle beaucoup du Coronavirus, comme s'il n'en existait qu'un. Or, il faut plutôt parler des coronavirus, puisqu'il en existe plusieurs. Les Coronavirus font partie d'une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume à des pathologies plus sévères. Le virus identifié en décembre 2019 en Chine est un nouveau Coronavirus. La maladie provoquée par ce Coronavirus a été nommée COVID-19.

La famille des Coronavirus

Les coronavirus sont des virus qui constituent la sous-famille Orthocoronavirinae de la famille Coronaviridae.

En bref, c'est une grande famille de virus ! Leur nom est souvent utilisé par les scientifiques sous une forme abrégée : CoV.

Ils sont entourés d’une capsule de protéines en forme de couronne, d’où leur nom : "corona" = "couronne", en latin. Dans cette famille, de nombreux virus sont inoffensifs pour les humains et touchent uniquement les animaux. D'autres peuvent infecter l'homme, provoquant des maladies le plus souvent bénignes. Mais depuis le début du 21e Siècle, des coronavirus émergents, c'est-à-dire inconnus jusqu'ici, sont apparus soudainement. Transmis à l'homme par des animaux, ces nouveaux coronavirus ont provoqué des épidémies mortelles : le SRAS en 2002, le MERS en 2007, et le Covid-19, en 2020.

Un trio infernal

Ces trois virus sont très présents dans l'actualité des derniers mois, mais il n'est pas toujours simple de s'y retrouver dans leurs différentes appellations. Voici donc quelques éléments pour bien les comprendre.

2002 : SRAS-CoV-1, un premier virus qui frappe l'Asie

Le SRAS est le petit nom donné à une infection appelée Syndrome Respiratoire Aigu Sévère. Son nom est abrégé en SRAS en français, ou en SARS en anglais, pour Severe Acute Respiratory Syndrom. 

Cette infection est d'abord provoquée par un virus découvert en 2002 en Asie du Sud-Est : SARS-CoV-1, le premier coronavirus identifié responsable du SRAS.

C'est à ce virus qu'on fait le plus souvent référence lorsqu'on utilise les termes suivants : SRAS, SARS, ou SARS-Cov-1.

2012 : MERS-CoV, un deuxième virus au Moyen-Orient

Le MERS est une maladie respiratoire apparue en 2012 en Arabie Saoudite, au Moyen-Orient, d'où son nom : Middle East Respiratory Syndrom, ou MERS. Elle est due à un nouveau coronavirus, appelé MERS-CoV.

C'est donc à lui qu'on fait référence lorsqu'on parle du MERS, ou du MERS-CoV.

2019 : SARS-CoV-2, le virus responsable de la pandémie de covid-19 en cours

Le SARS-CoV-2 désigne le coronavirus qui circule depuis la fin de l'année 2019 en Chine puis depuis début 2020 dans le monde entier. Il est à l'origine de la pandémie en cours.

Comme le SARS-Cov-1, il est susceptible de provoquer dans certains cas graves un Syndrome Respiratoire Aigu Sévère, d'où son nom. Cependant, même si les deux virus sont apparentés, ils sont bien différents.

C'est donc un autre terme qui s'est imposé pour désigner la maladie provoquée par le SARS-CoV-2 : la Covid-19. Il s'agit là encore d'un raccourci. Le nom complet de cette maladie est en effet Coronavirus disease 2019.

Témoignage de Gilbert, l'un des premiers patients atteints de la Covid-19 à La Réunion

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE LA COVID-19 ?

La plupart des personnes infectées développent une forme légère à modérée de la maladie et leur état ne nécessite pas d'hospitalisation. Parmi les symptômes les plus courants, on trouve

  • la fièvre
  • la toux sèche
  • la fatigue

D'autres symptômes moins fréquents sont aussi recensés : courbatures, maux de gorge, diarrhée, conjonctivite, maux de tête, perte de l’odorat ou du goût, éruption cutanée, ou décoloration des doigts ou des orteils.

A LIRE AUSSI | COVID-19 : COMPRENDRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE TESTS

QUE FAIRE EN CAS DE SYMPTOMES ?

  • Appeler un médecin dès l’apparition des symptômes
  • En cas de difficultés respiratoires / signes d’étouffement : appeler le 15 sans délai

POURQUOI LA COVID-19 A DES VARIANTS ?

Depuis le début de l'épidémie, nous entendons beaucoup parler des différents variants du Covid-19. Anglais, Sud-Africain , Brésilien, et plus récemment Indien ou même Réunionnais : il s'agit de nouvelles versions du virus provoquées par des mutations génétiques.

En effet, tous les virus mutent. Après avoir infecté nos cellules, un virus se multiplie en créant des copies de lui-même. Sur les millions de copies créées de cette manière, il arrive que des erreurs se produisent. Ces erreurs de copie - les mutations - peuvent changer certaines caractéristiques génétiques du virus. On obtient alors un variant, c'est-à-dire une nouvelle forme, subtilement différente, de la souche historique. La plupart de ces mutations n'ont aucune conséquence. D'autres peuvent en revanche rendre le virus plus contagieux, ou plus agressif.

Les variants qui deviennent plus contagieux bénéficient d'un avantage sur les autres. Parce qu'ils se répandent plus vite, ils prennent progressivement la place des anciennes versions du virus. C'est ce qu'il s'est passé en France, où le variant britannique constitue aujourd'hui l'essentiel des contaminations.

À La Réunion, c'est le variant sud-africain qui domine aujourd'hui. Il représente environ les trois quarts des nouvelles contaminations enregistrées.

COMMENT LUTTER CONTRE LA COVID-19

Si on connait désormais comment attraper la maladie, ainsi que les symptômes de celles-ci, les méthodes de protection contre la propagation de la covid-19 sont désormais éprouvées. Vous en avez déjà entendu parler, et vous les avez même certainement pratiquées.

Les gestes barrières

  • Rester à une distance de 2 mètres (si pas de masque)
  • Porter un masque ( les masques préconisés sont les masques chirurgicaux, les FFP2 ou les masques en tissu AFNOR de catégorie 1).
  • Se laver les mains très régulièrement.
  • Aérer le plus souvent possible

Comment bien porter son masque et être efficace contre la covid-19

Le dépistage

Que l'on présente des symptômes ou pas, au moindre doute, les autorités sanitaires préconisent de se faire tester contre la Covid. Il existe différents types de tests de dépistage.

  • Les tests PCR restent l’outil de référence pour diagnostiquer la Covid-19. Ils permettent de savoir de manière fiable si je suis porteur.se du virus. Il va vérifier directement la présence du virus dans l'organisme en prélevant un échantillon dans le naso-pharynx d'une personne (ou dans la salive - test salivaire-, réservés aux enfants ou personnes qui ne pourraient pas avoir de prélèvement naso-pharyngé)
  • Les tests antigéniques sont moins sensibles et moins fiables que le test PCR. Le résultat doit donc parfois être confirmé. Son avantage : un résultat quasi immédiat qui permet d’isoler rapidement les cas positifs. La méthode de prélèvement est la même que le test PCR.
  • Les autotests covid. En vente dans les pharmacies, les autotests covid sont des tests antigéniques rapides sur prélèvement nasal profond. Ils présentent deux avantages : ils sont moins désagréables à effectuer, et ils permettent un isolement plus rapide des personnes positives. Ils sont réservés aux personne sans symptôme de plus de 15 ans. En revanche, ils sont moins fiables que les tests PCR classiques. C'est pourquoi, en cas d'autotest positif, le résultat doit être confirmé par une PCR. Si l'on présente des symptômes ou si l'on est cas contact, il est nécessaire de réaliser un test RT-PCR !

A LIRE AUSSI | CORONAVIRUS : OÙ SE FAIRE DÉPISTER À LA RÉUNION ?

La vaccination

La vaccination reste le moyen le plus efficace pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Depuis le 24 mai 2021 à La Réunion la vaccination est ouverte à toute personne de 18 ans et plus. Les personnes de 16 et 17 ans souffrant d'une pathologie à risque de forme grave de covid-19 peuvent aussi accéder à la vaccination.

A LIRE AUSSI | COVID-19 : COMMENT AVOIR CONFIANCE DANS UN VACCIN SI RÉCENT ?

Vous avez la possibilité de faire comme des milliards de personnes avant vous, et vous faire vacciner en prenant rendez-vous avec Santé.fr sur ce lien : 

PRENDRE RENDEZ-VOUS POUR SE FAIRE VACCINER

Femmes allaitantes : quel vaccin choisir contre la Covid-19 ?

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca peuvent être administrés aux femmes allaitantes.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle notamment que pour les vaccins Pfizer et Moderna, l’ARN messager n’entre pas dans le noyau de la cellule et se dégrade rapidement. Biologiquement, ces deux vaccins ne devraient donc pas présenter un risque pour le nourrisson et l’enfant allaité.

Aucune donnée ne permet d’évaluer l’impact potentiel du vaccin Janssen sur l’enfant allaité. Les résultats des études menées chez l’Homme et chez l’animal laissent penser qu’aucun effet sur l’enfant allaité n’est attendu, mais la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande de n’administrer ce vaccin aux femmes allaitantes que lorsque les potentiels avantages l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et pour l’enfant.

La meilleure démarche à suivre est donc celle de se rapprocher de son médecin traitant avant de se faire vacciner.

Il est également à noter que l’allaitement maternel peut continuer après la vaccination, et qu’il reste l’un des meilleurs moyens de protéger la santé de votre bébé.

L'isolement

L'isolement des personnes malades et des personnes contact est fondamentale pour limiter la propagation du virus. Afin de protéger les autres, je dois m'isoler :

  • Dès les premiers symptômes, en attendant de réaliser un test de dépistage
  • Lorsque je suis testé positif, par test PRC, antigénique ou auto-test
  • Lorsque je suis identifié comme cas contact direct, en attendant de me faire dépister

En cas de test positif

La durée d'isolement des personnes testées positives à la covid-19 est de 10 jours pleins. La sortie d'isolement ne dépend pas de la réalisation d'un test. En l'absence de fièvre, les personnes qui avaient été testées positives sont considérées comme guéries et non contagieuses au 11ème jour.

Je suis cas contact

En ce qui concerne les personnes contacts à risque. Lorsque j'apprends que je suis cas contact, il est nécessaire de faire un test immédiatement. Même si le résultat est négatif, je dois m'isoler. 7 jours après le dernier contact avec une personne positive, je réalise un nouveau test PCR. Si ce test est négatif, alors l'isolement est levé. S'il est positif, alors je deviens un cas positif (voir plus haut).

À la fin de l'isolement, il faudra respecter les mesures habituelles : port rigoureux du masque, respect strict des mesures barrières et de la distanciation physique ; éviter les personnes à risque de forme grave de Covid19 ; favoriser le télétravail.

Sources :

  • Appellation de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et du virus qui la cause - OMS
  • C'est quoi un coronavirus ? - Inserm
  • Coronavirus et Covid-19 - Inserm
  • Stratégie de vaccination contre la Covid-19 - Place du Covid-19 Vccine Astra Zeneca - Has-sante.fr

COVID-19

coronavirus covid-19
Toutes nos vidéos