Santé environnement
Santé environnement

Covid-19 : Moins exposé à 40 ans ? Mon enfant a été en contact avec un cas positif ? On répond à vos questions !

J'ai moins de 40 ans, je ne suis donc pas à risque si j'attrape la covid-19 ? Avec une visière, pas besoin de masque ? Mon enfant a été en contact avec une personne positive au coronavirus, que dois-je faire ? Il y a des questions qui reviennent souvent : on y répond !

Depuis le début de la crise sanitaire causée par le Coronavirus, le monde, et à juste titre, se pose une multitude de questions ! Quel est le risque de contracter la Covid-19 si je suis jeune ? Quelle est la différence entre les masques en tissus, FFP2 ou chirurgicaux ? Qu'est-ce qu'un cluster ? Il n'est pas évident de s'y retrouver et d'avoir des réponses fiables et vérifiées dans un flux incessant d'infos/intox sur le coronavirus !

J'ai moins de 40 ans, on est d'accord que je ne risque rien ?

Non ! La covid est en effet moins à risque chez les jeunes patients, qui s'en remettent mieux et plus vite. Néanmoins, une personne de 40 ans qui serait en surpoids et diabétique par exemple, présente des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie. Elle est donc bien considérée comme étant à risque.

Les facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie ont été rappelés par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP); il s'agit :

  • des personnes âgées de 65 ans et plus (même si les personnes âgées de 50 ans à 65 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée)
  • des personnes avec des antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV)
  • des personnes diabétiques, non équilibrées ou présentant des complications
  • des personnes ayant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment)
  • des patients ayant une insuffisance rénale chronique dialysée
  • des malades atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie)
  • des personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm-2)
  • des personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie
  • des femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse, compte tenu des données disponibles et considérant qu’elles sont très limitées.

A LIRE AUSSI | REPAS DE FAMILLE ET COVID : 8 CHOSES À NE PAS OUBLIER

Il s'agit également des personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :

  • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive

  • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 <200/mm3

  • consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques

  • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement

Mon enfant a été en contact avec un camarade positif, toute la famille doit elle être dépistée ? 

Non ! Seules les personnes ayant été en contact direct avec un cas positif doivent se faire dépister, à J+0 puis à J+7. Ceci afin de ne pas engorger les laboratoires, qui croulent sous les demandes de tests. Dans l'attente des résultats, elles doivent respecter les gestes barrières avec leur entourage, elles doivent respecter strictement les gestes barrières avec leur entourage, et porter un masque même à la maison."

Un membre de ma famille a été en contact avec une personne positive, doit-on tous être isolés en attendant le résultat de son test ?

Non, seule la personne cas contact doit être isolée. Le reste de la famille, doit respecter strictement les gestes barrières et porter un masque même à la maison."

A LIRE AUSSI | TÉLÉSUIVI COVID : TOUT SAVOIR SUR LE SUIVI À DISTANCE À LA RÉUNION

Si je porte une visière, je n'ai pas besoin de masque ?

Non ! La direction générale de la santé (DGS) estime que “la visière ne remplace pas le masque” et précise que “le décret rendant obligatoire le port du masque ne porte que sur les masques” (lien) et pas sur les visières. Toute personne utilisant une visière comme alternative au masque chirurgical ou grand public s’expose donc à une amende de 135 euros.

Le Haut Conseil de la santé publique recommande “de ne pas utiliser les visières en remplacement des masques grand public” et de “considérer leur emploi seulement en complément du port d’un masque”. En effet, la visière n'a pas le pouvoir filtrant du masque, pour les micro gouttelettes notamment. De plus, aucune étude n'a été menée à ce jour sur les visières, alors qu'il en existe pour les masques. 

Si le Haut Conseil de la santé publique reconnaît que les visières peuvent “protéger la zone du visage et les muqueuses associées”, notamment le nez, elles ne présentent “en aucun cas une performance de filtration” et “ne peuvent remplacer un appareil de protection respiratoire”, souligne cet avis, le dernier publié à ce sujet par le Haut Conseil de la santé publique.

Sources :

  • Covid-19 : personnes à risque et mesures barrières spécifiques à ces personnes - Hcsp.fr

  • AVIS du 13 mai 2020 du Haut Conseil de la santé publique relatif à l’emploi des visières ou écrans faciaux de protection dans le contexte de l’épidémie Covid-19

Tous nos articles sont rédigés avec l'aide de professionnels de santé de La Réunion.

Publié le 7 Septembre 2020

COVID-19

coronavirus covid-19
Tous nos articles sur le COVID-19