L'AVC

Vivre après un AVC

AVC : être aidant et prendre soin de soi

Un AVC, ça peut aussi changer la vie des proches… S’occuper d’un malade au quotidien est un rôle éprouvant. Voici quelques conseils pour le bon fonctionnement du couple aidant-aidé. 

Prendre soin d’une personne qui a été victime d’un AVC est une responsabilité imprévue qui nous tombe dessus dans un moment chargé d’émotions. Bien que valorisant, ce rôle peut être éprouvant, et difficile à assumer. Pour qu’aidant et aidé vivent au mieux cette situation nouvelle, il est important de suivre certaines recommandations.

1. Échanger mutuellement sur les émotions que provoque la maladie.


2. Faire le point pour mesurer ce qui a changé, à la fois dans la vie quotidienne, dans les projets de vie, mais aussi dans la relation entre aidant et aidé.


3. Déterminer les besoins et les aides qui doivent être mis en place, pour chacun.

Pour cela, il est souhaitable que l’aidant soit bien informé sur la maladie : ses origines, ses conséquences à court et à long terme, le suivi médical et les traitements. C’est en comprenant ce qui arrive que l’on peut y faire face. Assistez aux rendez-vous médicaux, interrogez les professionnels de santé, et reposez les questions tant que vous n’avez pas complètement compris.

(La lecture se poursuit plus bas)

 

Lire également :

Un cerveau et une roue crantée illustrent l'AVC
DOSSIER — Comprendre l'AVC

Articles, infographies, vidéos, chiffres-clé : tout ce qu'il faut savoir sur l'AVC dans un dossier complet réalisé avec des professionnels de santé.

Voir la vidéo :

capture d'écran de la vidéo sur l'avc
L'AVC en moins de deux

Quels sont les mécanismes de l'AVC, comment les reconnaître, et que faire en cas d'attaque ? Vous sauirez tout en moins d'1 minute 30 !

Vers l'autonomie

Un des rôles essentiels de l’aidant auprès de la personne victime d’AVC va consister à la rendre le plus autonome possible. Il faudra l’encourager dans toutes ses activités, et si elle a des difficultés à les réaliser, la soutenir pour qu’elle persévère. Cela demande une attitude constamment positive où les réussites sont félicitées, et les progrès remarqués.

Ménager sa monture

Être aidant réclame beaucoup d’énergie, notamment psychologique, mais aussi de la disponibilité et une grande patience. Pour ne pas vous épuiser à la tâche, il est indispensable de connaître vos limites et reconnaître qu’il n’est pas possible d’assurer tout le temps, et sur tous les fronts.

Nous vous invitons à réfléchir à l’avance vers qui vous pourriez vous tourner pour vous soulager en cas de besoin, ou pour prendre le relais quand vous prenez du temps pour vous : voisins, parents, amis, collègues…. Si vous ne trouvez personne pour vous aider, discutez-en avec les professionnels de santé. Ils peuvent être de bon conseil et vous orienter.

 

Sachez qu’en tant qu’aidant, vous pouvez peut-être être salarié par votre proche, ou bien être dédommagé pour l’aide apportée. Vous pouvez aussi peut-être bénéficier de congés spécifiques :  congé de solidarité familiale, de présence parentale, ou de soutien familial. Pour en savoir plus, suivez ce lien.


Lire la suite :

Des mains s'entreposent
Des structures à vos côtés

Aide sociale, médicale, à l’extérieur ou à domicile, pratique sportive adaptée, groupes de parole, etc. : de nombreuses structures et associations à La Réunion peuvent vous aider.


Bon à savoir :

Une séance de rééducation
Le trio ergo, kiné, ortho

Réinventer son quotidien, retrouver les mots et bons gestes : des professionnels sont là pour vous accompagner dans ces efforts. Quel est le rôle et la spécialité de chacun ?

SOURCES

France AVC

Cet article a été réalisé avec des professionnels de santé de La Réunion.

Retour au sommaire

Illustration de l'avc sous forme de pictogrammes
Vivre après un AVC