Hypertension
Hypertension

Vivre avec l'hypertension artérielle

Un quart des adultes réunionnais vivent aujourd'hui avec l'hypertension artérielle.

Lorsque l'on est diagnostiqué hypertendu, il faut en général adapter son comportement au quotidien et adopter une hygiène de vie plus saine. Apprendre que l'on souffre d'une maladie n'est jamais une bonne nouvelle, mais il est important de garder à l'esprit les réalités suivantes :

  • Bien traitée et bien suivie, l'hypertension se stabilise et les risques qu'elle entraîne diminuent
  • Il existe des traitements médicamenteux qui peuvent aider à réguler la pression artérielle
  • Être hypertendu implique d'adopter au quotidien des habitudes plus saines, mais ces mesures ne sont pas drastiques ! Il s'agit principalement de suivre les mêmes recommandations que les personnes non malades : manger équilibré et pratiquer une activité physique.

Prêts à prendre de bonnes habitudes ? Voici quelques conseils pour apprendre à mieux vivre avec l'hypertension artérielle (HTA).

Les objectifs de la prise en charge de l'hypertension

Comme beaucoup de maladies chroniques, l'hypertension ne peut être guérie. Lorsqu'on est hypertendu, on doit apprendre à vivre avec sa maladie sur le long terme.

L'objectif du traitement contre l'hypertension n'est donc pas de parvenir à la guérison. Il s'agit de stabiliser la maladie pour éviter qu'elle ne provoque des complications.

Les traitements de l'hypertension ont pour but de ramener durablement les valeurs de la pression artérielle en dessous des seuils dangereux, afin de protéger les artères et diminuer les risques pour le cœur et les vaisseaux sanguins.

Concrètement, il s'agit de faire baisser les chiffres de la tension artérielle en dessous des valeurs suivantes :

  • Pression maximale (ou systolique) : 13.5 — soit 135 mmHg
  • Pression minimale (ou diastolique) : 8.5 — soit 85 mmHg

Le traitement de l'hypertension repose sur trois grands piliers :

  • Le respect d'une hygiène de vie attentive
  • Un suivi médical régulier
  • Lorsque c'est nécessaire, un traitement médicamenteux peut être mis en place

Contraignant au quotidien, le traitement de l'hypertension est nécessaire et efficace. Dans la très grande majorité des cas, lorsqu'il est bien suivi, il permet de maintenir la pression artérielle dans des valeurs normales.

Avec une pression artérielle bien contrôlée dans la durée, un hypertendu peut vivre en bonne santé ! Le risque de développer des maladies cardiovasculaires liées à l'hypertension diminue. On est alors en meilleure forme physique et mentale : on se sent mieux, et on profite pleinement de la vie !

Équilibre alimentaire et activité physique : nos armes contre l'hypertension

L'hygiène de vie est le premier piler du traitement de l'hypertension artérielle. Bien souvent, adopter de bonnes habitudes physiques et alimentaires aide à réguler la pression artérielle. Faisons le point sur les bonnes habitudes à adopter en terme d'alimentation, d'activité physique, d'hygiène de vie et de suivi médical.

Vous constaterez qu'une bonnes partie de ces recommandations rejoignent celles préconisées lorsqu'on est en surpoids, diabétique ou insuffisant cardiaque.

C'est logique, puisqu'il s'agit de diminuer les risques cardiovasculaires provoqués par la maladie ! Mais ces règles s'appliquent aussi à toutes les personnes qui souhaitent rester durablement en bonne santé . 

  • Perdre du poids en cas de surcharge pondérale.
  • Supprimer ou réduire sa consommation d’alcool : une consommation supérieure à 10 verres par semaine doit entraîner une prise en charge adaptée.
  • Diminuer sa consommation de sel : 6 à 8 g de sel par jour au maximum.
  • Arrêter de fumer. Cette mesure n’entraîne habituellement pas directement une réduction de la pression artérielle, mais est essentielle pour réduire les risques de complications associés à l'hypertension
  • Adopter une alimentation équilibrée privilégiant la consommation de fruits de légumes et d’aliments peu riches en graisse saturée.
  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée à vos possibilités. Par exemple, 30 minutes de marche rapide au moins trois fois par semaine.

Sel & hypertension

Le sel est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. Cependant, consommé en excès, il devient un des facteurs de risque d’hypertension artérielle et de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. L'excès de sel favorise aussi d’autres maladies, dont le cancer de l’estomac.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande une consommation quotidienne limitée à 5 g par jour et par personne. Cela représente un peu moins d'une cuillère à café. Selon les principales estimations, nous en consommerions plutôt 9 à 12 g en moyenne, soit 2 fois l'apport maximum recommandé !

L'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses) est un peu plus souple. Elle  autorise un consommation de 8 g par jour pour les hommes, et 6,5 g par jour pour les femmes.

L'Anses note que les aliments qui apportent le plus de sel au quotidien sont :

  • le pain et les biscottes
  • la charcuterie (en particulier le saucisson et le jambon secs)
  • les bouillons (légumes ou viandes)
  • les produits de grignotage salés (par exemple, les chips ou les cacahuètes),
  • les nouilles instantanées
  • les sauces et condiments
  • la morue et les anchois
  • les plats cuisinés
  • les fromages
  • les soupes et potages
  • les quiches et pizzas

À La Réunion, attention au rougail saucisses, au boucané et autres rougails morue !

Pour réduire notre consommation de sel au quotidien, quelques astuces simples :

  • Privilégier les aliments bruts, non préparés : cuisiner soi-même est toujours plus sain !
  • Réduire la quantité de sel utilisée pendant la préparation des repas
  • Goûter les plats avant de resaler systématiquement !
  • Pour réhausser le goût des plats, penser aux herbes aromatiques, aux épices, etc.
  • Limiter la consommation des aliments de grignotage salés : chips, cacahuètes, gratons, friands saucisse ou fromage, etc.
  • Privilégier des produits pauvres en sodium. Pour le savoir, on peut regarder si le sel fait partie des premiers ingrédients inscrits dans composition du produit sur l'étiquette, prendre plutôt les produits où il se situe le plus loin dans la liste
  • Enseigner très tôt aux enfants le vrai goût des aliments : ne jamais rajouter de sel dans l'assiette des enfants

Comment repérer le sel dans nos aliments ?

Pour nous aider, la table de composition nutritionnelle des aliments Ciqual proposée par l'Anses est une base de données de référence. Elle fournit les teneurs en lipides, acides gras, glucides, sucres, protéines, sel, vitamines et minéraux de plus de 2 800 aliments.

Certaines applications mobiles peuvent également vous aider à repérer les produits trop salés. C'est le cas, par exemple, de l'application Yuka. Installée sur votre smartphone, elle permet de scanner le code barre sur les emballages. On peut alors voir simplement sur une fiche clairement lisible le contenu du produit, et ses éventuels dangers pour la santé.

À lire : Yuka; l'appli qui vous dit si ce que vous mangez est bon pour la santé

Les médicaments contre l'hypertension

Les médicaments contre l'hypertension englobent une grande variété de substances. Elles n'agissent pas toutes de la même manière, mais elles partagent le même objectif : faire baisser notre tension artérielle pour éviter les risques de complications à long terme. C'est pourquoi on parle de médicaments antihypertenseurs.

Les antihypertenseurs : 5 classes de médicaments

Il existe 5 familles de médicaments différentes pour lutter contre l'hypertension artérielle. Elles agissent toutes par des mécanismes différents, mais permettent chacune à leur manière de réguler la pression artérielle. 

Les diurétiques : ils favorisent l'élimination de l'eau et du sel par les reins. Ils contribuent donc à diminuer le volume de sang dans les artères. Moins ce volume est élevé, plus la tension baisse.

Les inhibiteurs calciques : ils freinent l’entrée du calcium dans les muscles responsables de la contraction des artères. Résultat : les artères se relâchent, et la pression artérielle diminue.

Les bêtabloquants : ils diminuent la fréquence cardiaque, et permettent de soulager les artères.

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ou IEC : derrière ce nom barbare se cachent des substances qui agissent sur le système de régulation de la pression artérielle au niveau du rein (pour en savoir plus, lire :  Qu'est-ce que l'hypertension artérielle ?).

Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II agissent également sur ce système de régulation hormonal. En bloquant l'action d'une hormone appelée angiotensine II, ils empêchent la contraction des vaisseaux sanguins et luttent contre l’augmentation de la pression artérielle.

C'est le médecin traitant ou le cardiologue, en fonction des situations, qui définit quels médicaments sont les mieux à même de fonctionner pour chaque personne en fonction de l'âge, des autres problèmes de santé éventuels, et de la tolérance au traitement

Le suivi médical de l'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle demande un suivi médical rigoureux sur le long terme. Chaque année, un certain nombre de rendez-vous et d'examens sont nécessaires pour surveiller l'évolution de la maladie, et adapter le traitement.

Les consultations d'adaptation du traitement : au début

Après le diagnostic, des consultations régulières avec le médecin sont nécessaires pour adapter, avec vous, le traitement et les mesures d'hygiène de vie mis en place.

Durant cette période, vous serez amené à voir votre médecin tous les mois pour :

  • Contrôler la tension, son évolution, et vérifier si les objectifs du traitement ont été atteints
  • Vérifier que le traitement est bien toléré. Si vous ressentez des effets secondaires ou indésirables liés aux médicaments, c'est le moment d'en parler.
  • Évaluer l'efficacité du traitement et des mesures mis en place
  • Faire le point sur votre adhésion aux règles d'hygiène de vie et d'équilibre alimentaire

La mise en route du traitement peut prendre jusqu'à 6 mois. Durant cette période, il est important de ne pas désespérer face à d'éventuels changements de médicaments. Il est en effet impossible de prédire à l'avance quel traitement sera le plus efficace. Souvenez-vous qu'au terme de cette période, vous aurez trouvé le meilleur équilibre pour la prise en charge de votre maladie !

Les consultations de suivi : à long terme

Une fois votre traitement bien mis en place, le suivi reste nécessaire mais les rendez-vous médicaux sont plus espacés.

  • Une visite de contrôle chez votre médecin traitant est recommandée tous les 3 à 6 mois.
  • En fonction de vos maladie associées et de votre traitement, il se peut qu'un bilan biologique (prise de sang) soit demandé régulièrement. Si non, il est demandé généralement tous les 1 à 2 ans.
  • Un électrocardiogramme de contrôle est demandé tous les 3 à 5 ans.

Rester impliqué dans la durée : la clé d'une bonne santé

Une fois passée la crainte provoquée par le diagnostic, maintenir un bon équilibre alimentaire et continuer de pratiquer une activité physique peut sembler de plus en plus contraignant. Pourtant, ces mesures sont essentielles pour stabiliser la tension artérielle au fil du temps.

De même, la prise de médicaments au quotidien peut être source de lassitude. Il est pourtant indispensable de poursuivre le traitement sous peine de voir la tension artérielle augmenter de nouveau, avec tous les dangers que cela implique.

Votre médecin est là pour vous aider et vous accompagner. En cas de baisse de motivation ou de découragement, n'hésitez pas à lui en parler. Il pourra vous conseiller ou adapter votre traitement.

Hypertension et sexualité : troubles de l'érection, un problème fréquent à prendre au sérieux

Sujet qui peut être tabou ou délicat et qui concerne pourtant beaucoup d'hommes : les troubles de l'érection des patients hypertendus sont fréquents. L'hypertension artérielle est en effet la première cause de troubles de l'érection :

  • L'hypertension abîme les artères
  • Lorsque les artères sont abîmées, le sang circule moins bien dans l'organisme
  • L'irrigation du pénis est alors moins efficace
  • Moins de sang = le pénis durcit mal...

Outre leurs effets néfastes sur le moral ou sur la vie de couple, les troubles de l'érection sont un signe qui n'est pas à prendre à la légère sur le plan médical. Une étude publiée en juin 2018 a montré que l'existence de troubles de l'érection est liée à un risque deux fois plus élevé de voir survenir des événements cardiovasculaires graves chez les hommes de plus de 60 ans. 

Les experts de la Société Française d'Hypertension Artérielle suggèrent même que "les médecins abordent systématiquement et fréquemment ce sujet lorsque des patients hypertendus les consultent" :

  • Lors de la consultation d'annonce de l'hypertension 
  • Dans les 6 mois suivant l'introduction d'un nouvel antihypertenseur 
  • Face à certains comportements : conseils alimentaires non suivis, médicaments non pris, patient demandant si certains médicaments sont vraiment nécessaires ou s'interrogeant sur des risques d'effets secondaires 
  • Face à certaines plaintes : fatigue, "humeur dépressive", difficultés conjugales
  • En cas de survenue d'une complication cardiovasculaire ou rénale

Troubles de l'érection : pourquoi en parler à mon médecin ?

Il n'est pas toujours facile de parler de sa sexualité à son médecin. D'autant que les troubles de l'érection restent un sujet tabou et douloureux lorsqu'on est un homme. Mais il est important d'en parler : 

  • Pour dépister un éventuel risque cardiovasculaire
  • Parce qu'il est possible d'aménager votre traitement pour trouver le médicament antihypertenseur qui vous convient le mieux
  • Pour trouver des solutions à ce problème fréquent, et qui peut être traité

Hypertension et troubles du sommeil

Le sommeil et la pression artérielle sont naturellement liés. Lorsque notre corps se repose et que nous dormons, notre activité cardiaque diminue et notre tension artérielle baisse. Les troubles du sommeil peuvent donc avoir une influence sur notre tension artérielle.

Insomnies, nuits courtes ou agitées, réveils fréquents : un mauvais sommeil peut même favoriser l'installation d'une hypertension artérielle. Certaines études suggèrent que les sujets dormant 5 heures par nuit, en moyenne, ont un risque doublé de développer une hypertension artérielle par rapport à des individus dormant 7 à 8 heures par nuit.

Le Syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS)

30 à 40 % des patients souffrant d’hypertension artérielle seraient atteints d’apnées du sommeil. Un phénomène souvent méconnu par les malades, mais qui peut avoir des conséquences graves.

Les personnes atteintes d’apnées du sommeil (SAS) font des pauses respiratoires de quelques secondes à plusieurs dizaines de secondes, à plusieurs reprises durant la nuit, parfois plusieurs centaines de fois en une seule nuit !

► Le SAOS survient lorsque les tissus mous située à l'arrière de la gorge s'affaissent. Le passage de l'air dans les voies respiratoires est alors bouché, et la respiration s'arrête régulièrement. Ce phénomène a plusieurs conséquences :

► Lors de chaque apnée, la quantité d'oxygène présente dans le sang baisse, ce qui a pour effet de faire monter la pression artérielle.

► Chaque apnée produit un micro-réveil : on sort momentanément du sommeil pour reprendre notre respiration

► Le sommeil est donc fragmenté et de très mauvaise qualité : on ne se repose pas correctement

► La pression artérielle nocturne est plus élevée que la normale

Cette pathologie fréquente peut être grave parce qu'elle peut aggraver l'hypertension artérielle, et donc provoquer des accidents cardiovasculaires. Pourtant, 9 patients apnéiques sur 10 s’ignorent.

Les signes d'alertes :

► Fatigue et somnolence la journée

► Ronflement bruyant avec pause respiratoire (c'est le plus souvent le conjoint qui le constate)

► Réveil fatigué

► Phénomène plus souvent retrouvé chez le sujet masculin, en surpoids et hypertendu

Pour le diagnostiquer, il faut faire un enregistrement polysomnographique du sommeil : vous serez hospitalisé une nuit afin d'enregistrer votre sommeil pour voir si vous faites des pauses et leur durée. Si ce diagnostic est posé, le traitement repose sur un appareillage nocturne.

Hypertension : le rôle de l'automesure tensionnelle

L'automesure tensionnelle (ATM) consiste à mesurer soi-même sa tension le matin au lever et le soir au coucher sur 3 jours consécutifs pour pouvoir remplir le tableau suivant :

Elle a plusieurs objectifs : 

  • Globalement, si elle est bien faite, l'automesure tensionnelle produit des résultats plus fiables que les mesures en cabinet. Elle permet donc d'avoir une connaissance plus fine de l'hypertension, et de mieux adapter le traitement et le suivi lorsqu'on est hypertendu
  • Elle permet de dépister "l'effet blouse blanche" : avoir une tension artérielle élevée au cabinet mais normale à domicile, sous l'effet du stress que peut générer une consultation médicale
  • À l'inverse, elle permet de dépister l'HTA "masquée" : avoir une tension artérielle normale au cabinet mais élevée à domicile. L'hypertension "masquée" peut être retrouvée lorsqu'on n'a pas encore été reconnu hypertendu, mais aussi lorsqu'on est déjà traité

Ce qu'il faut retenir :

• En l'état actuel des connaissances, on ne peut pas guérir de l'hypertension, mais on peut contrôler sa tension artérielle et vivre en bonne santé avec l'hypertension

• Adopter une bonne hygiène de vie permet souvent de stabiliser la tension artérielle

• Lorsqu'un médicament est nécessaire, il est indispensable de le prendre régulièrement sous peine de voir sa tension augmenter

• Le suivi de l'hypertension implique des rendez-vous et des examens médicaux réguliers : il est important de s'y rendre et de bien les préparer

• Ne pas hésiter à aborder vos doutes et vos problèmes avec votre médecin : il pourra adapter votre traitement et vous conseiller tout au long de votre suivi

La prise en charge de l'hypertension artérielle de l'adulte — Haute Autorité de Santé

Hypertension artérielle : des outils pour une prise en charge optimale — Haute Autorité de Santé

Hypertension et dysfonction érectile : quelle prise en charge ? Recommandations de la SFHTA — EurekaSanté (Vidal)

Le sel — Anses

Sel dans l'alimentation : des excès nuisibles à la santé — Service-Public.fr

Hypertension artérielle (HTA) — Inserm

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile — Eurêka Santé (Vidal)

"Home-measured blood pressure is a stronger predictor of cardiovascular risk than office blood pressure" The Finn-Home Study Hypertension 2010 ; 55 : 1346-1351 — Teemu J. Niiranen, Marjo-Riitta Hänninen, Jouni Johansson, Antti Reunanen, Antti M. Jula

http://www.frhta.org/_upload/tiny_mce/documents/hta_par_theme/34_hta_et_sommeil_-_hypertendus,_dormez-vous_bien.pdf

Retour au sommaire

Coeur artère
Tous nos articles sur l'hypertension