Comprendre la maladie chronique
Comprendre la maladie chronique

Diabète : Permis de conduire, assurance et visite médicale pour prendre la route !

Le diabète n'empêche pas de conduire. Mais il impose certaines démarches et quelques mesures de prudence. Permis de conduire, conduite professionnelle, assurances, sécurité routière : voici ce qu'il faut savoir avant de prendre la route quand on est une personne diabétique.

Diabète et conduite sur la route

Le diabète à La Réunion touche beaucoup de gens qui doivent comme tout le monde prendre la route pour travailler, faire les courses et des déplacements. Mais des conditions particulières s'appliquent quand on est une personne diabétique !

Diabète et permis de conduire

Un diabétique peut conduire tous types de véhicules. Dans certains cas, il peut même devenir chauffeur professionnel. Mais il a deux obligations : déclarer sa maladie, et se présenter tous les 3 ou 5 ans à une visite médicale.

Les diabétiques du monde entier sont soumis à des réglementations spéciales en matière de sécurité routière. Ces réglementations existent principalement à cause du risque de malaise lié à une hypoglycémie en cas de diabète. Dans un véhicule lancé à plusieurs dizaines de kilomètres heure, les conséquences peuvent en effet être dramatiques.

En France, la maladie n’empêche pas de conduire tous types de véhicules. Ce qui change, ce sont les conditions d’obtention et la durée de validité des permis.

A LIRE AUSSI | 7 IDEES RECUES SUR LE SUCRE ET LE DIABETE

Les véhicules personnels légers ouverts aux personnes diabétiques !

Les permis de conduire du Groupe 1 concernent la plupart des véhicules de tourisme que vous pouvez conduire au quotidien, voitures, fourgonnettes et motos notamment. Ces permis sont accessibles aux personnes diabétiques moyennant les mêmes démarches que pour les non-diabétiques.

Les différences sont, lorsqu'on est diabétique :

  • L’obligation, pour le conducteur, de déclarer sa maladie à la préfecture.
  • L'obligation de passer une visite médicale. Cette visite doit être renouvelée tous les 5 ans, sans quoi le permis perd sa validité.
  • L'obligation de signaler sa maladie à son assureur automobile

Comment déclarer son diabète en préfecture ?

Si vous comptez passer votre permis, la déclaration du diabète se fait lors de l’inscription à l’auto-école. Avant l’examen de conduite, vous passerez une visite médicale avec un médecin agréé par la préfecture.

Si vous conduisez déjà, vous pouvez prendre directement rendez-vous avec un médecin agréé. Vous en trouverez la liste sur le site Internet de la Préfecture de La Réunion, à la rubrique Démarches Administratives > Permis de conduire.

Comment se déroule la visite médicale ?

 En amont de votre visite chez le médecin agréé, demandez à votre médecin traitant ou votre diabétologue un certificat médical. Vous pourrez le présenter lors de la visite. Il apporte des précisions sur votre traitement, l’équilibre de votre maladie, l’absence de complications, etc.

Lors de la visite, l’accent est mis sur :

  • le risques d'hypoglycémie, la conscience que vous avez de ce phénomène et de ses risques,
  • l’équilibre de votre maladie,
  • les résonances ophtalmologiques et cardiovasculaires du diabète sont également surveillées.

Le tarif de la visite médicale est de 33 € si vous vous rendez dans le cabinet d’un médecin agréé, et de 42 € si vous passez devant la commission. Ces frais ne sont pas remboursables par la Sécurité Sociale. Cette visite est à renouveler tous les 5 ans.

A LIRE AUSSI | DIABETE DE TYPE 2 : MON ENTOURAGE MEDICAL

Comment faire la déclaration de son diabète à l'assurance ?

Si vous étiez déjà conducteur au moment du diagnostic diabète, vous devez informer votre assureur par courrier recommandé avec AR. Si vous avez passé votre permis de conduire alors que vous étiez déjà diabétique, vous devez préciser votre maladie au moment de la souscription du contrat.

Quoi qu’il en soit, l’assureur ne peut pas vous refuser l’adhésion, et cela ne doit pas engendrer de majoration de prime sauf si le handicap génère un aménagement de la voiture.

Ces points sont également valables dans le cadre de la conduite accompagnée.

Ne pas faire votre déclaration comporte des risques !

Si vous ne déclarez pas votre diabète à la préfecture ou à votre assurance, ou si vous ne vous soumettez pas au contrôle médical :

- votre permis de conduire est invalidé,
- votre assurance peut se rétracter en cas d’accident,
- votre assurance peut donc refuser de couvrir les dommages éventuels.

Le diabète et la conduite professionnelle

Les permis de conduire du Groupe 2 correspondent en général à des activités professionnelles : véhicules lourds comme les gros camions ou les transports en commun, les taxis, les ambulances et les auto-écoles.

Ces permis ont des conditions d’obtention plus sévères :

  • Il est interdit de les délivrer aux diabétiques atteints de complications oculaires, nerveuses ou cardio-vasculaires.
  • Les diabétiques insulinodépendants ou souffrant d’acidocétose ne peuvent pas non plus obtenir ce type de permis.
  • Le candidat doit enfin pouvoir montrer qu’il n’a pas eu de crise d’hypoglycémie sévère au cours des 12 derniers mois, et qu’il maîtrise parfaitement les risques liés à sa maladie.

Lorsqu’ils sont délivrés à un diabétique, ces permis ont une validité de 3 ans maximum. Au terme de cette période, il est nécessaire de passer de nouveau une visite médicale.

A LIRE AUSSI | DIABETE AU TRAVAIL : A QUI PARLER ?

Diabète et conduite : les consignes de sécurité

Rien ne vous empêche de conduire lorsque vous êtes diabétique, mais certaines précautions s’imposent !

Même si votre aptitude à conduire a été confirmée par une visite médicale, il est important de rester vigilant sur la route. Le premier risque routier spécifique aux diabétiques est le malaise hypoglycémique. Dans un véhicule lancé à plusieurs dizaines de kilomètres par heure, il peut avoir des conséquences graves.

En 2015, un quart des diabétiques affirmaient avoir déjà ressenti un symptôme d’hypoglycémie au volant, selon une étude publiée en France par l’association Prévention Routière. Aux États-Unis, un rapport établi sur la base de plusieurs études affirmait en 2014 que le risque d’accident d’un diabétique est 12% à 19% plus élevé que pour le reste de la population.

Ces risques peuvent être évités en observant quelques précautions, dont voici quelques exemples :

  • Vérifiez votre glycémie avant de prendre votre voiture.
  • Faites une pause toutes les 2 heures.

Profitez-en pour vous dégourdir les jambes, et effectuer des mesures pour vous assurer que vous ne courrez pas de risque hypoglycémique.

  • Zéro alcool avant de conduire.

Boire est toujours déconseillé avant de prendre le volant, que l’on soit diabétique ou non. Mais en cas de diabète, il faut être encore plus attentif, car il augmente le risque d'hypoglycémie. De plus, il est parfois possible de confondre les effets de l’ébriété avec certains symptômes de l’hypoglycémie, ce qui provoque ce qu’on appelle des hypoglycémies masquées.

  • Attention au risque de somnolence après les repas.

Si vous ressentez de la fatigue après avoir mangé, mieux vaut faire une courte sieste et partir après.

  • Prévoir de quoi manger

N’oubliez pas, en cas de long trajets, de boire et de manger une collation si besoin. Emmenez toujours de quoi vous resucrer, et laissez toujours des réserves d’urgence dans la boite à gants.

  • En cas de signes d’hypoglycémie, arrêtez-vous dès que possible.

Prenez le temps de vous resucrer, et ne reprenez pas la route tant que vous ne vous sentez pas mieux.

  • Evitez les trajets nocturnes et solitaires, fatigants et sources d’endormissement.

Bonne route !

Sources :

  • Site internet de l'association de la prévention routière - preventionroutiere.asso.fr
  • Fédération Internationnale du Diabète - idf.org
  • Site de l'Assurance Maladie - ameli.fr
  • diabetes.org / "Diabetes and driving"

Tous nos contenus sont réalisés avec des professionnels de santé de La Réunion.

Mis en ligne le 21 août 2020

 

Sur le même sujet

Diabète
Tous nos articles sur le diabète