Le diabète
Le diabète

Comprendre le diabète gestationnel

Comprendre le diabète gestationnel

À La Réunion, près de 15 femmes enceintes sur 100 sont concernées par le diabète gestationnel. C’est deux fois plus qu’en Métropole. Quelles sont ses causes et les symptômes de ce diabète, et quelles sont ses conséquences pour la grossesse ?

Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?

Deux minutes pour comprendre : le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel ou diabète de grossesse est un trouble de la régulation de la glycémie, découvert pendant la grossesse. Il se traduit, comme pour tout diabète, par une augmentation permanente du taux de sucre dans le sang chez des femmes qui n'avaient pas de diabète avant leur grossesse.

Il peut s’agir :

  • De femmes qui vont développer un diabète uniquement à l’occasion de leur grossesse : c’est la majorité des cas, et le plus souvent, ces femmes ne resteront pas diabétiques après l’accouchement.
  • De femmes qui ont un diabète méconnu et que la grossesse va révéler. Dans ces cas plus rares, la maman restera diabétique après la grossesse.

Il faut savoir que la grossesse est une période à risque de diabète car elle induit des perturbations de l'équilibre glycémique. C'est-à-dire que durant cette période, le corps ne va pas toujours réguler la quantité de sucre en circulation dans le sang de la même manière. La plupart du temps, l’organisme s’adapte, parvient à réguler son taux de sucre, et il n’y a pas de diabète. Cependant, chez certaines femmes, l’organisme ne parvient pas à s'adapter et un diabète gestationnel apparaît.

Quels sont les facteurs de risque du diabète gestationnel ?

Différents facteurs et antécédents sont susceptibles d'accroitre le risque pour une femme enceinte de développer un diabète durant sa grossesse. Les principaux éléments à considérer sont :

  • Un surpoids chez la maman avant la grossesse. Si votre Indice de Masse Corporelle est supérieur à 25, alors vous aurez plus de risque d'être sujette au diabète gestationnel.
  • Les antécédents familiaux : des cas de diabète de type 2 recensés dans la famille proche (père, mère, frères et soeurs, sœurs de la mère).
  • Un antécédent de diabète gestationnel : les femmes qui ont été sujette au diabète durant une précédente grossesse présentent un risque de récidive qui varie entre 30 % et 84 % selon les étude.
  • Avoir de plus de 35 ans
  • Avoir déjà acouché d'un bébé dont le poids de naissance était supérieur à 4kg
  • Être affectée par le syndrome des ovaires polykystiques, une anomalie qui concerne une femme sur 10 en âge de procréer

Le facteur génétique

On sait aujourd'hui que le diabète peut aussi être favorisé par certains gènes. Selon ses origines, une femme ne court donc pas le même risque. Une femme caucasienne aura moins de risque de développer un diabète qu'une femme originaire du Maghreb ou d'Afrique. À La Réunion, devant l'importance de l'épidémie de diabète, des études sont en cours pour déterminer l'existence d'un gène spécifique dans la population créole susceptible de favoriser la maladie.

Pour autant, la génétique ne doit pas occulter l'incidence du mode de vie sur le risque diabète. Quelle que soit la population observée, on constate une nette augmentation des cas de diabète à mesure que l'obésite et l'absence d'activité physique gagnent du terrain. Une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie restent la clé pour se protéger du diabète !

Quelles sont les conséquences du diabète gestationnel ?

S’il n’est pas dépisté et correctement pris en charge, le diabète gestationnel peut être source de complications tant pour la mère que pour l’enfant.

Les risques pour l’enfant

Chez l’enfant, la complication la plus fréquente est la macrosomie, c’est-à-dire un poids trop important à la naissance – supérieur à 4kg – qui peut compliquer l’accouchement : passage difficile des épaules, trop larges par rapport à la taille du bassin de la mère, pouvant entraîner des lésions traumatiques du nouveau-né (dystocie des épaules).

D’autres complications sont également possibles chez l’enfant, comme :

  • Une détresse respiratoire à la naissance
  • Une hypoglycémie au moment de la naissance
  • Un risque de développer un diabète de type 2 ou une obésité à l’âge adulte
  • Un risque de pré-eclampsie qui est une urgence vitale
  • Un risque d'accouchement prématuré
  • Un risque d'accouchement par césarienne ou d’accouchement difficile en raison du poids important du bébé
  • Un risque de refaire un diabète gestationnel au cours d’une grossesse ultérieure ou de développer un diabète de type 2 par la suite

Les risques pour la maman

Le diabète gestationnel expose aussi la maman à différents problèmes :

  • Un risque de pré-eclampsie, qui est une urgence vitale
  • Un risque d'accouchement prématuré
  • Un risque d'accouchement par césarienne ou d’accouchement difficile en raison du poids important du bébé
  • Un risque de refaire un diabète gestationnel au cours d’une grossesse ultérieure ou de développer un diabète de type 2 par la suite

DÉFINITION :  
La
glycémie est le taux de glucose dans le sang. En d'autres termes, c'est une mesure  qui permet de connaître la quantité de sucre dans notre sang.
La glycémie peut être normale, trop élevée, ou trop basse.
Quand elle est trop basse, on parle
d’hypoglycémie : le corps n’a plus assez de sucre pour fonctionner correctement, et on peut faire des malaises. C’est un peu comme une voiture qui tomberait en panne sèche. Lorsqu’elle est trop élevée, on parle d’hyperglycémie : le mot hyper indique qu’elle dépasse la normale.

Comment reconnaître le diabète gestationnel ?

Comme pour les autres types de diabète, le diabète gestationnel peut passer totalement inaperçu. Lorsqu'ils sont manifestes, les symptômes du diabète gestationnel sont les mêmes que ceux du diabète en général :

  • Soif intense
  • Envie fréquente d’uriner
  • Fatigue inhabituelle
  • Infections urinaires à répétition

Il est possible d’avoir un diabète gestationnel sans que ces symptômes apparaissent. Il est aussi possible de présenter ces symptômes sans être diabétique : ils sont assez fréquents chez la femme enceinte. Il est donc essentiel de réaliser des tests de dépistage sans attendre l’arrivée d’éventuels symptômes.

Le dépistage du diabète gestationnel

La détection se fait très facilement, en mesurant la glycémie par une simple prise de sang :

Dès l’intention d’avoir un enfant, ou au premier trimestre

En mesurant la glycémie à jeun, pour détecter un diabète antérieur à la grossesse et passé inaperçu jusqu’ici.

Au deuxième trimestre (entre 24 et 28 SA)

Grâce à un examen appelé HGPO, pour Hyperglycémie provoquée par voie orale. L’examen consiste à mesurer votre glycémie à jeun par prise de sang. Puis 75g de glucose doivent être ingérés avant de mesurer à nouveau votre glycémie une heure et deux heures après l’absorption.

Une seule valeur de glycémie au-delà des seuils définis (0,92g/L à jeun; ou 1,80g/L 1h après la charge orale en glucose ; ou 1,53g/L 2h après) suffit à diagnostiquer un diabète gestationnel.

En général, ce dépistage ne s’adresse pas à toutes les femmes ; seulement aux femmes concernées par l'un des facteurs de risque listés plus haut. Mais à La Réunion, compte tenu de la prévalence du diabète de type 2 et des facteurs de risque sus-cités, le dépistage est recommandé chez toutes les femmes enceintes.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur un personnage pour donner votre avis

Aucun vote

Sources :

Ma grossesse avec un diabète gestationnel | Fédération Française des Diabétiques

Le diabète gestationnel : définition, facteurs de risque et conséquences | AMELI

Article réalisé avec des professionnels de santé de La Réunion

SUR LE MÊME SUJET

Illustration thématique le diabète
Tous nos articles sur le diabète gestationnel

Le diabète et vous

illustration thématique sur le diabète

Calculez votre risque en une minute.

QUIZ

illustration thématique : quiz
Diabète gestationnel : que savez-vous ?