Cancer du sein : quel avenir pour le dépistage à La Réunion ?

À La Réunion, le dépistage du cancer du sein évolue ! En 2018, une expérimentation a permis de tester la numérisation de la deuxième lecture des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein, et les résultats sont encourageants ! 

L’évolution du dépistage du cancer du sein est un succès partagé par les radiologues et le Centre de Coordination des Dépistages du Cancer (CRCDC). Avec le soutien financier de l’Institut National du Cancer (INCa), de l’ARS de La Réunion et de l’Union européenne, une partie des mammographies réalisées à La Réunion s’appuient désormais sur les services numériques du GCS TESIS. L’objectif ? Des résultats plus rapides et encore plus fiables et un circuit du dépistage organisé du cancer du sein plus performant.

Pourquoi est-il important de se faire dépister contre le cancer du sein ?

Le cancer du sein est le premier cancer mortel chez les femmes : de 50 à 74 ans, elles sont invitées à se faire dépister tous les deux ans par une mammographie. L'objectif ? Favoriser les chances de guérison.

Cet examen est également préconisé lorsqu'une anomalie se présente (par exemple une masse au niveau du sein) ou si des inquiétudes surviennent : il est alors recommandé de consulter son médecin traitant, ou de prendre rendez-vous avec son gynécologue.

Cette démarche est aussi nécessaire dans le cas où des antécédents familiaux existent : si votre mère, l'une de vos grand-mères ou de vos sœurs a déjà eu un cancer du sein, parlez-en à votre médecin afin qu'un suivi précoce puisse être discuté et éventuellement mis en place.

Comment s’organise la dématérialisation de la deuxième lecture des mammographies ?

Les mammographies réalisées à l’occasion du dépistage du cancer du sein sont d’abord examinées par le radiologue à l’issu de l’examen.

Dans le cadre de l’expérimentation lancée en 2018, une fois la 1ère lecture réalisée, l’imagerie médicale est transmise numériquement et de façon sécurisée en temps réel au Centre de Coordination des Dépistages du Cancer (CRCDC) afin qu’une seconde lecture puisse être rapidement réalisée.

Avant, la deuxième lecture prenait donc plus de temps, car les documents étaient envoyés au format papier. Grâce à la dématérialisation, elle est plus rapide !

La dématérialisation de la deuxième lecture des mammographies, c’est-à-dire la transmission numérique de l’imagerie médicale obtenue lors de l’examen, permet donc d’augmenter la rapidité et la fiabilité du circuit des mammographies, mais aussi de faciliter les interactions entre les différents acteurs.

Si la première lecture réalisée par le radiologue présente une anomalie, un suivi de la patiente est immédiatement mis en place.

Dans le cas où la première lecture faite par le radiologue ne présente aucune anomalie, la deuxième lecture permet de confirmer dans la majorité des cas l’absence d’anomalie. Cette deuxième lecture est réalisée rapidement après la 1re lecture à l’aide d’une console numérique avec une sécurisation des données.

Dématérialiser la seconde lecture, pourquoi ?

  • Le Centre de Coordination des Dépistages du Cancer (CRCDC) gagne du temps, sécurise et fiabilise la gestion des dossiers, et accède plus facilement aux antériorités des patients.
  • Le circuit des mammographies est fiabilisé : la dématérialisation de la deuxième lecture permet en effet d'apporter rapidement un second regard à l'examen via des envois sécurisés des mammographies.
  • Les patients obtiennent leurs résultats plus rapidement, ce qui permet une meilleure gestion des risques.
  • Le radiologue gagne du temps : grâce à la dématérialisation, la réalisation de l’examen et l’envoi du dossier prennent en moyenne 14 minutes, contre 18 minutes et 30 secondes dans le cas d’un dossier papier.

Le dépistage du cancer du sein concerne 120 000 Réunionnaises, ce qui correspond à plusieurs dizaines de milliers d’examens chaque année : le gain de temps est donc important !

Quels sont les établissements équipés ?

La dématérialisation de la deuxième lecture des mammographies est aujourd’hui possible au sein de quatre centres de radiologie pilotes : Groupe d’Imagerie Médicale Ouest (GIMO), Les Alizés, CIM Savannah et Cabinet de radiologie du Capricorne.

Ces centres, comme l’ensemble des cabinets de radiologie agréés, possèdent un matériel fiable et performant, et l’envoi dématérialisé des résultats de la 1ère lecture apporte une amélioration de performance/ de l’efficience du circuit du dépistage organisé du cancer du sein.

 

A LIRE AUSSI | MA VIE AVEC : LE CANCER DU SEIN

 

Tous nos articles sont rédigés avec l'aide de professionnels de santé de La Réunion.

Publié le 30 septembre 2021.