Cancer du col de l'utérus : une mortalité plus élevée qu'en métropole

Le cancer du col de l'utérus touche 50 à 70 Réunionnaises chaque année et le taux de mortalité est deux fois plus élevé à La Réunion qu'en métropole. Pour le prévenir, le dépistage essentiel. Qu'est ce que le cancer du col de l'utérus ? Comment le prévenir ? Qui est concerné ? Eléments de réponse avec le Docteur Phuong Lien TRAN, gynécologue obstétricienne au CHU Réunion, chercheuse à l'Université et membre du comité technique du Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers - La Réunion.

Le Cancer du col de l'utérus touche 50 à 70 Réunionnaises chaque année

À l'occasion de juin vert, le mois dédié à la promotion du dépistage du cancer du col de l'utérus, masanté.re s'associe avec le Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers - La Réunion (CRCDC) pour vous aider à réviser les infos essentielles sur la santé de l'utérus.


Qui sont les réunionnaises touchées par le cancer de l'utérus ?

L'âge moyen de découverte du cancer du col de l'utérus à la Réunion est de 51 ans. Parmi les facteurs de risque du cancer du col de l'utérus, on trouve les rapports sexuels non protégés avec des partenaires multiples et le tabac. Ce cancer est souvent découvert à la suite de saignements après les rapports sexuels.

À LIRE AUSSI |DÉPISTAGE DES CANCERS : UN NOUVEAU SITE INTERNET

Qu'est-ce que le papillomavirus humain à l'origine du cancer du col de l'utérus ?

Les cancers du col de l’utérus sont provoqués par des virus de la famille des papillomavirus humains (HPV) qui se transmettent par voie sexuelle. En général, le corps parvient à les éliminer mais, dans certains cas, ces infections peuvent persister et provoquer des lésions au niveau du col de l’utérus. Ces lésions sont susceptibles, pour certaines, d’évoluer à terme vers un cancer. Le cancer du col de l'utérus se développe très lentement, sur des lésions provoquées par cette infection qui sont identifiables parfois plusieurs années avant la survenue du cancer.

Puisque ces virus se transmettent par voie sexuelle, les HPV sont responsables de huit localisations de cancers : le col de l’utérus, l’anus, l’oropharynx, la vulve, le vagin, la cavité orale, le larynx et le pénis. Ce n'est donc pas qu'une affaire de femmes. Chaque année en France, 6 400 nouveaux cas de cancers sont liés aux HPV. Si ces cancers concernent en majorité les femmes, un quart touche les hommes.

À LIRE AUSSI |DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L'UTÉRUS

Quels sont les gestes de prévention pour lutter contre le HPV ?

Le premier geste est la vaccination de nos adolescents. Aujourd’hui, la vaccination contre les HPV prévient jusqu’à 90 % des infections HPV à l’origine des cancers. Elle est indiquée pour les filles ou pour les garçons dès l'âge de 11 à 14 ans, avec un rattrapage vaccinal possible jusqu'à 19 ans.

Le second geste de prévention est le frottis ou le test HPV, recommandé pour les femmes de 25 à 65 ans. Il s’adresse également aux femmes vaccinées contre les HPV.

En quoi consiste le frottis de dépistage et quelles femmes sont concernées ?

Le dépistage repose sur l’analyse d’un prélèvement au niveau du col de l’utérus. Cet examen peut être réalisé par votre médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme.
Le frottis de dépistage permet de détecter au plus tôt des cellules anormales du col de l’utérus (examen cytologique ou frottis) ou la présence du virus (test HPV).

  • Entre 25 à 29 ans, il est recommandé de réaliser deux examens cytologiques à 1 an d’intervalle puis 3 ans plus tard si le résultat des deux premiers est normal.
  • Entre 30 à 65 ans, il s'agit de réaliser un test HPV tous les 5 ans (à débuter 3 ans après le dernier examen cytologique normal ou dès 30 ans en l’absence de dépistage antérieur). Il faut continuer à en faire même après la ménopause. En fonction de votre histoire personnelle, le médecin peut vous proposer un suivi plus rapproché.
  • Avant 25 ans et après 65 ans, c'est le professionnel de santé qui assure votre suivi gynécologique qui détermine, au cas par cas, si votre situation nécessite que vous réalisiez un dépistage.

À l’occasion de Juin Vert, contactez le Centre Régionale de Coordination des Dépistages, afin de vérifier où vous en êtes dans votre parcours dépistage du col de l'utérus !

Le CRCDC - La Réunion est en charge notamment de l'envoi des invitations envoyées par la poste aux femmes concernées par le dépistage du cancer du col de l'utérus. Si vous n'avez pas reçu cette invitation, vous pouvez contacter notre équipe pour faire le point sur votre situation. ( 0262 30 90 90 - Mail : crcdc-reunion@orange.fr - Page Facebook : CRCDC LaRéunion)

CHIFFRES CLES

  • la participation au dépistage du cancer de l'utérus progresse bien à La Réunion, jusqu'à atteindre 65% ( Chiffres Santé Publique France dernière évaluation triennale (2018-2020)
  • 16 décès par an sur la période 2015-2017 à La Réunion
  • 59 cancers du col de l’utérus détectés en 2013
  • 90% des cancers peuvent être guéris s'ils sont pris à temps
  • dans le cadre du dépistage organisé, l'analyse est prise en charge à 100 %, sans avance de frais

 

 

La publication de cet article est le fruit d’un partenariat masanté.re avec le CRCDC-La Réunion.

Sources :

Publié le 15 juin 2022

SUR LE MÊME SUJET

depistage cancer
Plus d'infos sur le cancer