Vivre avec une maladie chronique

L'insuffisance rénale au quotidien

Les reins sous surveillance

L’insuffisance rénale impose un suivi régulier, marqué par de nombreuses analyses sanguines et urinaires. Quelles sont les principaux examens, quelle est leur fréquence, et à quoi servent-ils ?

Véritables petites usines chimiques, les reins sont des organes au fonctionnement très complexe. Pour suivre correctement votre maladie, il faut donc un suivi attentif, et beaucoup de détails : consultations, bilans sanguins, analyses d’urine, examens complémentaires… Le rythme de la surveillance est fixé par votre médecin, en concertation avec vous. Il dépend de l’évolution de votre maladie et de ses complications éventuelles.

 

Les objectifs du suivi

Même si vous ne vous plaignez de rien, même si vous avez l’impression que tout va bien, il est important de bien respecter les rendez-vous et les actes prévus dans votre suivi. Cette surveillance a plusieurs buts :

  • Vérifier régulièrement l’efficacité et l’état de vos reins, pour suivre l’évolution de votre maladie
  • Dépister le plus tôt possible les complications de la maladie qui pourraient nuire à votre de santé
  • Repérer les facteurs qui pourraient dégrader votre fonction rénale
  • Évaluer l’efficacité de vos médicaments, et votre tolérance aux traitements prescrits
  • Vous permettre de comprendre et de gérer au mieux votre maladie au quotidien

(La lecture se poursuit plus bas)

À lire aussi :

Un homme d'âge mûr a l'air grave
Maladie rénale: quels effets ?

Chez les insuffisants rénaux, les fonctions du rein ne sont plus assurées efficacement. Les problèmes qui en découlent sont divers et peuvent être graves. Voici les principaux risques.

À lire aussi :

Un homme d'âge mûr court
De nouvelles habitudes

Sport, tabac, travail, surveillance médicale : qu’est-ce qui change au quotidien quand on souffre d’insuffisance rénale chronique ? Éléments de réponse pour préparer le changement.

Les principaux examens sanguins

La surveillance de votre santé et de celle de vos reins passe d’abord par des bilans sanguins et des analyses d’urine. Voici quelques-uns des éléments qui peuvent être évalués lors de vos prises de sang.

Créatinine

Observer le taux de créatinine est le moyen le plus sûr et le plus simple d’évaluer la fonction rénale. Quand tout fonctionne normalement, ce déchet produit par le fonctionnement des muscles est largement éliminé par les reins. Lorsque les reins ne parviennent plus à remplir leur rôle normalement, le taux de créatinine augmente. Plus le taux de créatinine est élevé, moins les reins sont efficaces.

Albumine

L’albumine est une protéine très présente dans notre sang, où elle joue un rôle important pour retenir l’eau nécessaire dans l’organisme. Elle permet également la circulation de certains éléments nutritifs. Chez une personne en bonne santé, cette molécule est trop grosse pour être filtrée par les reins, et reste donc en circulation à l’intérieur de l’organisme. Mais lorsque les reins sont endommagés, ils laissent parfois passer l’albumine, qui s’échappe alors dans les urines. Chez l’insuffisant rénal, la baisse de la quantité d’albumine dans le sang est un indicateur de ce problème, qui peut causer pertes d’appétit, fatigue musculaire, gonflement du ventre et crampes persistantes.

Dosage des électrolytes

Sodium, chlore, potassium, calcium, phosphore, bicarbonates : tous ces éléments sont naturellement présents dans notre sang, et dans les aliments que nous mangeons. Mais leur quantité dépend du bon fonctionnement de nos reins, et l’insuffisance rénale peut entraîner des carences ou au contraire des taux excessifs, ce qui peut provoquer ensuite des problèmes de santé. On surveille donc le niveau de ces éléments pour pouvoir les corriger par des dispositions adaptées.

Numération sanguine

Cet examen permet d’étudier la quantité et la qualité des cellules du sang. Dans le cas de l’insuffisance rénale, il permet surtout de surveiller le taux d’hémoglobine pour repérer une éventuelle anémie.

Urée sanguine

La mesure de l’urée dans le sang a longtemps été considérée comme le grand indicateur de l’insuffisance rénale. En réalité, elle dépend de plusieurs autres facteurs, comme l’alimentation. Seule, la mesure de l’urée sanguine n’est donc pas un indicateur fiable de la santé du rein, mais combinée à d’autres mesures, comme la quantité de créatinine, elle donne des informations précieuses.

un personne jaune est interrogateur


KOSSA SA ?

D’autres bilans sont également demandés régulièrement : glycémie, protéine C réactive, acide urique, bilan des lipides, dosage du fer, etc. Pour comprendre l’intérêt des examens qui vous sont prescrits, n’hésitez pas à poser des questions à votre médecin !

Les urines des 24h

Des examens urinaires complémentaires aux bilans sanguins permettent de connaître l’élimination de certaines substances dans les urines : créatinine, urée, albumine et sodium, notamment. La plupart de ces mesures sont réalisées à partir du prélèvement de la totalité des urines des dernières 24h.

Concrètement, comment faire pour recueillir les urines des 24h ?

  • Demander au laboratoire un flacon spécial.
  • Le premier matin, laisser écouler la totalité des premières urines dans les toilettes.
  • Noter la date et l’heure sur le flacon.
  • Recueillir la totalité des urines qui suivent dans le flacon, en veillant à ne pas dépasser le maximum indiqué (quitte à demander un 2e flacon au laboratoire).
  • Le lendemain matin, recueillir les premières urines suivant le réveil dans le flacon.
  • Noter l’heure et refermer le flacon pour de bon : vous pouvez le ramener au labo !

Notez qu’entre les prélèvements, il est préférable dans la mesure du possible de conserver le flacon au réfrigérateur.

un personnage jaune se gratte la tête


À quelle fréquence
faut-il réaliser ces examens ?

En accord avec vous, votre médecin fixe les échéances qui rythment votre suivi. La fréquence des examens dépend le plus souvent du degré d’évolution de l’insuffisance rénale.

  • Dans le cas d’une IRC légère, ces bilans sont réalisés une fois par an.
  • Dans le cas d’une IRC modérée, 2 à 3 fois par an.
  • Dans le cas d’une IRC sévère, 5 à 6 fois par an.
  • Pour les IRC terminales, 1 à 2 fois par mois.

Lire la suite :

Une infirmière discute avec un patient à domicile
Bien vivre la dialyse

À un stade avancé de l’insuffisance rénale, il peut être nécessaire de recourir à la dialyse. Comment ça marche ? Le point sur les options, leurs avantages, et leurs contraintes.

À lire aussi :

Une main tient des reins jaunes au creux de sa main
L'essentiel sur la greffe

Le traitement de choix de l’insuffisance rénale terminale, pour une vie quasi-normale.

Retour au sommaire

Illustration de l'insuffisance rénale sous forme de pictogrammes
Vivre avec l'insuffisance rénale chronique