Bien manger à La Réunion

L'équilibre dans mon assiette

Le poisson à La Réunion est-il pollué ?

Selon les recommandations officielles, il faut manger des produits de la mer deux fois par semaine. Pourtant, on entend souvent dire que les poissons sont pollués, et donc potentiellement dangereux pour la santé. Qui croire ? Explications.

En 2003, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire a conduit une grande étude scientifique baptisée CALIPSO pour comparer les risques et les bienfaits du poisson dans notre alimentation. Objectif : faire la part des choses entre les qualités nutritionnelles reconnues des produits de la mer et leur toxicité potentielle. Résultat : le poisson est plutôt bon pour la santé.

Pollution, toxicité, métaux lourds : de quoi parle-t-on ?

Depuis plusieurs années, une inquiétude demeure quant au niveau de pollution grandissant de certains poissons. En effet, l’activité industrielle provoque l’écoulement de tonnes de produits chimiques dans les océans. Des produits parfois toxiques qu’on retrouve ensuite dans les poissons que nous mangeons.

Leur concentration a tendance à augmenter à mesure que l’on remonte la chaine alimentaire : en mangeant un petit poisson, le plus gros absorbe sa pollution, avant d’être lui-même mangé par un autre, encore plus gros, qui absorbe sa pollution… et ainsi de suite jusqu’à arriver aux grands prédateurs comme le marlin et l’espadon.

À La Réunion, prudence pour les femmes enceintes et les jeunes enfants

Lorsque nous mangeons ces poissons, nous sommes donc exposés à notre tour à des quantités variables de produits toxiques : mercure, PCB, etc. Il faut cependant noter que les quantités de produits toxiques présents dans les poissons sont infimes : dans l’immense majorité des cas, les produits visés présentent des concentrations inférieures aux seuils de dangerosité fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé.

C’est pourquoi, au regard de la richesse nutritionnelle des produits de la mer, l’Anses a confirmé ses conseils : il est recommandé de manger du poisson deux fois par semaine, dont un poisson gras.

Seule exception, à prendre en compte à La Réunion, en raison de la quantité importante de mercures décelés dans les poissons prédateurs sauvages : une prudence particulière dans la consommation d’espadon, marlin, thon, daurade, etc.

  • Pour les enfants en bas âge (1 - 30 mois) : veiller à ce qu'ils ne consomment pas plus de 60 grammes de poissons prédateurs sauvages par semaine, en évitant la consommation d'espadons et de marlins en plus de leur consommation habituelle de poissons non prédateurs
  • Pour les femmes enceintes et allaitantes : veiller à ne pas consommer plus de 150 grammes de poissons prédateurs sauvages par semaine, en évitant, à titre de précaution, la consommation d'espadon et de marlin

Lire la suite :

Un pot de crème fraiche
Guide des laitages

Yaourts, lait, fromage blanc, fromages : chaque jour, ils nous apportent calcium et protéines. Lesquels choisir, comment doser, que faut-il savoir ?

À lire aussi :

Des frites sur un fonds jaune
Gras : matière à inquiétudes

Bonnes et mauvaises graisses, huiles à privilégier, produits à éviter, dosage : tout ce qu’il faut savoir sur le gras.

Retour au sommaire

Un ananas, une papaye et un radis sous forme de pictogrammes
L'équilibre dans mon assiette

Quizz

Image d'un point d'interrogation
Savez-vous vraiment ce que vous mangez ?