Actualité
Le 30 avril 2018

Le travail est-il bon pour la santé ?

Pour certains, le travail est synonyme de calvaire interminable. Pour d'autres, il est indispensable à l'épanouissement personnel. Quoi qu'il en soit, il est au coeur de nos vies. Pour le meilleur ou pour le pire ? 

"Le travail, c'est la santé": nous connaissons tous cette expression consacrée de la sagesse populaire, et son détournement par Henri Salvador qui chantait en 1965 que "rien faire, c'est la conserver". Mais qu'en est-il vraiment ?

LES FRANÇAIS PAS D'ACCORD

En 2016, la CFDT a publié la plus grande enquête d'opinion jamais menée sur les rapports entre les Français et le travail. Parmi les questions posées aux 200 000 personnes sollicitées se trouvait celle-ci : "Mon travail, c'est ma santé ?"

Réponse : moins d'un salarié sur trois se déclarait d'accord avec cette idée. Et même parmi cette minorité, près d'un participant sur 5 disait mal dormir "souvent ou tout le temps" à cause de son travail, et 20% d'entre eux affirmaient éprouver des douleur physiques fréquentes ou constantes liées à leur métier.

Il est par ailleurs amusant de noter que la catégorie la plus largement convaincue des bienfaits du travail pour la santé étaient les retraités (50 % de réponse positive) ;-)

QUE DIT LA SCIENCE ?

En 2006, le Département du travail et des retraites britannique a sollicité deux chercheurs de l'université de Cardiff pour répondre à cette question dans un rapport officiel : Le travail est-il bon pour la santé et pour le bien-être ?

Après avoir compilé de nombreuses recherches biomédicales et sociales, ils ont publié un document de 250 pages aboutissant à la conclusion suivante : "Une base solide d'éléments montre que le travail est globalement bon pour la santé et le bien-être physique et mental. [...] En fin de compte, les bénéfices de l'emploi dépassent les risques associés au travail..."

Mais pourquoi ? D'abord parce que posséder un emploi permet d'accéder à des ressources économiques nécessaires pour être en bonne santé : un logement décent, une alimentation suffisante et de qualité, un meilleur accès aux loisirs et au divertissement, etc.

ESPÉRANCE DE VIE ET IMAGE DE SOI

On constate par exemple une corrélation importante entre le statut socio-économique et l'espérance de vie. Selon les chiffres de l'INSEE, en France, un cadre supérieur a une espérance de vie de 84 ans, contre 76.5 pour un ouvrier et moins de 70 ans pour les inactifs. Pour cette dernière catégorie, il est difficile de savoir si la faible espérance de vie est due à l'inactivité, ou si c'est l'inactivité qui est due à des problèmes de santé également responsables d'une mortalité précoce...

Autre facteur d'explication apporté par le rapport britannique : travailler, c'est une norme sociale puissante. En d'autres termes, le chômage ou l'inactivité imposent aux personnes qui les subissent une culpabilité et une pression à même de détériorer l'image qu'ils ont d'eux-mêmes et d'atteindre leur bien-être physique et psychique.

UNE RÉPONSE PAR DÉFAUT

À bien y regarder, ce qui se dégage de ces chiffres, c'est surtout que l'inactivité et le chômage sont mauvais pour la santé. Parce qu'elle est associée à des conditions de vie moins confortables, à une représentation sociale négative et à un accès aux soins plus difficile, l'absence de travail engendre des risques. Mais ça ne garantit pas vraiment que le travail soit lui-même bon pour vous.

Pour obtenir une véritable comparaison sur les vertus du travail sur la santé, il faudrait pouvoir disposer d'études par exemple sur la santé des rentiers, pour lesquels aucun chiffre n'existe...

En revanche, il est établi que de mauvaises conditions de travail peuvent avoir des conséquences néfastes très importantes sur la santé : manque de sommeil, risques cardio-vasculaires, douleurs musculaires et squelettiques, burn out... La santé au travail est même un enjeu majeur de santé publique.

Alors finalement, que dire ? 

La question des liens entre santé et travail est complexe car elle se situe au centre de facteurs très divers. La réponse est donc susceptible de varier grandement en fonction des situations. Malgré tout, on constate que les personnes qui travaillent sont globalement en meilleure santé.

VOUS ÉPROUVEZ DES DIFFICULTÉS AU TRAVAIL ?

Si vous éprouvez des difficultés ou une souffrance dans le cadre de vote travail, sachez qu'il existe des personnes qui sont là pour vous écouter.

Votre médecin traitant

En premier lieu, comme souvent, votre médecin traitant est le premier recours pour évoquer des problèmes de santé physiques ou une souffrance psychique liés à votre travail. Il peut vous aider à trouver des solutions, vous prescrire un arrêt de travail lorsque cela s'avère nécessaire, vous prodiguer ses conseils ou vous aider à vous orienter dans le système de santé.

La médecine du travail

La médecine du travail est un interlocuteur indispensable, dès la visite d'embauche, plus tard lors des visites périodiques d'aptitude, ou à tout moment à la demande du salarié. Chaque travailleur peut en effet être reçu par la médecine du travail, s'il le souhaite, pour une visite spontanée. Les médecins du travail sont tenus au secret professionnel. Leur mission principale est de se prononcer sur l'aptitude d'un salarié à occuper son poste. En cas de problème de santé, ils peuvent solliciter la direction pour trouver une solution adaptée, comme par exemple, l'aménagement du poste de travail.

Le CHSCT

Un Comité d'Hygiène et de Sécurité des Conditions de Travail est obligatoire dans les entreprises qui atteignent la barre des 50 salariés. Composé d'une délégation du personnel, il a pour mission de contribuer à la prévention des risques professionnels au sein de l'entreprise, mais aussi à l'amélioration des conditions de travail.

Sources :