Actualité
Le 12 novembre 2018

Envoyez vos tiques par la poste pour aider la Recherche !

On parle beaucoup de la dengue et des moustiques à La Réunion mais rarement des tiques. En métropole, ils sont connus pour transmettre la maladie de Lyme qui serait absente à La Réunion. Mais qu'en est il vraiment ?

Les tiques, qu'est-ce que c'est ?

Les tiques sont des acariens qui ressemblent à de minuscules araignées. Elles vivent dans les milieux naturels où la végétation est abondante aussi bien par temps sec que par temps humide. Elles résistent également à l'été et à l'hiver. 

Les tiques sont comme des vampires ? 

Oui, dans la mesure où elles se nourrissent du sang d'un hôte humain ou animal, sur lequel elles vont se fixer. Lorsqu'elles sont accrochées, elles se nourrissent pendant deux à cinq jours sans quitter leur hôte. Ainsi, selon l'INRA, "vous n’avez aucun risque d’être piqué par la tique qui est en train de se nourrir sur votre animal de compagnie".

Quelles sont les conséquences d'une piqûre de tique ?

Lors de leurs repas de sang, les tiques sont susceptibles de transmettre des virus, des bactéries ou des parasites qui peuvent être à l’origine de différentes maladies (ex. maladie de Lyme, encéphalites à tiques, anaplasmoses, etc.). 

La Borréliose de Lyme
La maladie de Lyme est la maladie transmise par les tiques la plus connue. Il s'agit d'une infection bactérienne transmise par la piqûre d'une tique infectée. Elle peut mettre plusieurs années à se développer. Classiquement, elle se développe en 3 phases :

- Lors de la phase primaire, une tache rouge s'étend autour de la piqûre, et peut atteindre plusieurs centimètres de diamètre. Elle peut être associée à une fièvre, des maux de tête et des douleurs articulaires.

- La deuxième phase de la maladie peut survenir quelques semaines, voire quelques mois après la première phase. Les symptômes ne sont pas spécifiques à la borréliose et peuvent évoquer d'autres maladies : fatigue générale, douleurs articulaires, éruption cutanée, troubles cardiaques ou neurologiques.

- La troisième phase survient des années après la piqûre et regroupe tous les troubles précédemment cités, qui s'aggravent progressivement. Elle peut être mortelle mais reste rare, le diagnostique étant souvent fait bien avant.

Le diagnostique repose sur une sérologie par prise de sang et le traitement repose sur des antibiotiques.

La maladie de Lyme existe-t-elle à la Réunion ?

Selon le service de Lutte Anti Vectorielle de La Réunion, aucun vecteur connu de Borrelia burgdorferi, l'agent pathogène responsable de la maladie de Lyme, ne circule à La Réunion. Néanmoins, il se pourrait qu'il existe des souches non identifiées de la bactérie qui pourraient être responsables de la maladie ou de maladie voisine, comme l'affirme le Professeur Perronne, vice-président de la Fédération française contre les maladies vectorielles à Tiques.

Le niveau de connaissances sur la borréliose de Lyme, sur les tiques présentes à la Réunion et les infections dont elles peuvent être vecteur est encore assez faible, faute d'études scientifiques probantes.

Comment aider la Recherche au sujet des tiques ?

Pour en savoir davantage sur les tiques et les conséquences de leurs piqûres, le Ministère des Solidarités et de la Santé, l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et leurs partenaires se sont associés pour lancer le projet "Citique", avec les objectifs suivants :

  • Recueillir des données d’exposition aux piqûres de tiques selon le type d’environnement, la période de l'année, l'activité au cours de laquelle la piqûre a eu lieu : promenade en forêt, jardinage, jeux dans le jardin...
  • Communiquer sur les conséquences de ces piqûres sur notre santé ;
  • Donner des moyens pratiques pour s'en protéger ;

Ainsi depuis le printemps 2017, les victimes des tiques sont invitées à poster par courrier leur agresseurs à 8 pattes à un laboratoire de l'INRA qui sera chargé de les analyser. Le laboratoire pourra ainsi faire avancer les connaissances sur ce vecteur mal connu et les agents infectieux qu'il véhicule.

Depuis plus d'un an, cette participation citoyenne a permis de constituer une véritable "tiquothèque" et de mettre en évidence que la bactérie responsable de la maladie de Lyme est présente sur tout le territoire français et pas seulement dans certaines régions comme on le pensait.

Ce projet participatif permettra de faire une cartographie des tiques présentes sur le territoire et des agents infectieux qu'elle contiennent et qu'elle peuvent transmettre à l'homme ou à l'animal.

Si vous aussi vous voulez faire avancer la science, participez au projet ! 

Si vous vous faites mordre par une tique ou si vous en retrouvez sur vos animaux de compagnie, il vous suffit de :

1 - Faire un signalement via l’application smartphone "Signalement TIQUE" ou via le site internet,

2 - Coller la (ou les) tique(s) avec un morceau de papier adhésif sur une feuille de papier en indiquant le numéro de signalement.

3 - Envoyer la ou les tiques (mortes) par courrier au laboratoire !

Une belle façon de participer à la science et à la prévention !